Imprimer cet article Imprimer cet article

Scandale ! Des miettes à la bibliothèque !

Share Button
Miettes 1915

Le pain de la bibliothèque de Dijon

Ici vous pouviez lire le compte rendu de l’intervention de Nina Régis consacrée au pain en Allemagne pendant la Grande Guerre, et notamment au fameux pain KK.

Lors de nos recherches dans les collections de la bibliothèque pour préparer les journées d’études Manger et boire entre 1914 et 1918, un curieux petit paquet est ressorti de l’oubli.

On n’en sait rien, on ne sait notamment pas comment il est parvenu jusqu’à nous. C’est un papier sur lequel est écrit “Pain K.K. (remis par des réfugiés du Nord à un convoyeur, avril 1915)” et contenant 3 petits morceaux de pain.

Au-delà de l’anecdote, la présence dans nos collections de ce petit morceau d’histoire, qu’il soit vrai ou pas, prouve l’importance du pain pour les hommes du début du 20e siècle et montre la force du fantasme porté par ce pain KK.

tranche-KK

Miche de pain, Imperial War Museum, EPH 5677

(Multiple values) CASE 17

Morceau de pain. Imperial War Museum, EPH 3800

Les témoignages d’époque sur ce sujet sont nombreux et des morceaux ont été régulièrement conservés par des particuliers ou des institutions.

Nina Régis nous montrait le morceau de l’Imperial War Museum ; en plus de ce morceau, on en trouve  un autre ici.

Le premier a été donné au Corporal AB Wilson (10th-11th Highland Light Infantry) en 1918 quand il était prisonnier ; le second est une miche donnée en Allemagne pendant la guerre à un prisonnier britannique inconnu.

En voici deux autres exemples.

Au Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, les collections sont d’une étonnante richesse et abordent tous les aspects de la vie pendant la guerre au front ou à l’arrière. En plus des uniformes, des armes, des véhicules, des œuvres d’art…, les objets du quotidien ont une large place. On peut y voir de près de l’artisanat de tranchées mais aussi tous les objets utilisés par les soldats (linge, couverture, gamelle, couverts, outils…), notamment dans le domaine alimentaire. Sur cette photo présentant plusieurs pièces de la collection, vous trouvez, sur la droite,  des biscuits de guerre, c’est-à-dire ce qui remplaçait le pain dans les vivres de réserve que chaque soldat conservait dans son paquetage en cas de besoin.

Objets présentés au Musée de la Grande Guerre de Meaux

Objets présentés au Musée de la Grande Guerre de Meaux

Bread-Minnesota

Minnesota Historical Society. 6650.7

Dans les collections du Minnesota Historical Society, à nouveau un morceau de pain noir allemand certainement donné à un prisonnier.

En cherchant un peu, on en trouverait beaucoup d’autres mais je ne voulais ici que vous montrer cet objet insolite de nos collections, et vous faire partager ces quelques autres trouvés en quelques clics !

Pour finir sur la force de la mémoire de 14, sur le pouvoir de certains objets pourtant si banals, et sur l’interrogation face à eux (sont-ils ‘vrais’ ?), un article paru dans le numéro d’octobre 2014 du Bulletin des Bibliothèques de France consacré au Centenaire intitulé 1914 : mémoires vives. Le premier article (que vous pouvez découvrir en ligne), par Frédérick Houdaer s’intitule “Généalogie”. On peut y lire une histoire – littéraire mais pourquoi pas réelle – rappelant que l’on pourrait aussi conserver ce type d’objet chez des particuliers.

Je pousse mon avantage. Je crois remporter la joute en évoquant la mystérieuse relique conservée par ma famille durant plusieurs générations : un simple morceau de pain noir rapporté des tranchées.

– Dur comme un caillou, mais intact des dizaines d’années plus tard ! C’était impressionnant pour nous, les enfants… Notre mère nous a assuré, les yeux dans les yeux, que ce morceau de pain avait traversé deux guerres !

– Tu l’as encore ? Tu le conserves quelque part ?

– Il s’est perdu dans un déménagement.

Elle ne semble pas convaincue de la disparition du fabuleux croûton. A moins que ce ne soit par mon récit.

– Ce n’était peut-être pas ce que tu as dit, pas ce qu’on t’a raconté… En soixante-dix ans, c’est impossible qu’une bestiole n’ait pas croqué ton bout de pain… Il ressemblait à quoi exactement ?

– A une petite, toute petite météorite.

En osant cette comparaison, je visualise un malheureux poilu qui, après avoir traversé un essaim de balles, cueille en plein front une micro-météorite.

Pain-BBF

La photographie qui illustre l’article du BBF : une météorite !  On s’y laisse prendre… Source Jon Taylor. Flickr. CC BY-SA 2.0

Alors, si vous-aussi (particulier ou institution) possédez des miettes, dites-le nous !

Caroline

Commentaires sur les réseaux sociaux

Laissez un commentaire sur facebook

Commentaires sur les réseaux sociaux

3 Responses

  1. Mireille Poulain-Giorgi 9 mars 2015 / 8 h 45 min

    Vous avez eu beaucoup de chance.
    Ni le Petit Poucet, ni les oiseaux n’ont trouvé le chemin de la bibliothèque!

  2. MONTIGNY Séverine 2 juin 2015 / 13 h 56 min

    La Bibliothèque historique de la Ville de Paris conserve également un morceau de pain KK. Offert à la bibliothèque par un donateur anonyme, il a été rapporté de captivité en Allemagne, ainsi qu’un brassard de prisonnier et un calendrier fabriqué par des alliés internés en Suisse. Ces « souvenirs de nos évacués » (comme l’indique l’enveloppe qui contenait le morceau de pain à l’origine) sont conservés sous la cote 4-DEP-001-038. L’inventaire décrivant les documents éphémères de la Guerre 14-18 conservés par la BHVP est d’ailleurs en ligne depuis peu dans le CcFr, onglet manuscrits (http://ccfr.bnf.fr/portailccfr/jsp/index_view_direct_anonymous.jsp?record=eadcgm:EADC:BHPDEP001-002).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*Nom :


(Vos commentaires seront modérés)