Imprimer cet article Imprimer cet article

Happy blogueuse – Clea

Share Button

Clea aime cuisiner et partager ses idées, lire des blogs, des revues et des livres de recettes (et Sofia Oksannen). Elle fait du yoga, imagine des plats autour de produits qu’elle ne connaît pas encore, écoute du rock, remplace le beurre par de la courgette dans les gâteaux au chocolat (et c’est bon !). Quand elle ne range pas son frigo de façon un peu monomaniaque, elle cherche l’inspiration un peu partout, et met un point d’honneur a toujours s’amuser en cuisine et sur son blog.

Clea oublie tous les 12 mars l’anniversaire de son blog (puis se rattrape), prépare un gâteau à l’orange pour l’anniversaire de sa maman, et vient fêter le 1er anniversaire de Happy Apicius ! avec nous.

Son blog cleacuisine.fr a dix ans, et jamais elle n’aurait cru qu’elle mettrait autant de temps à publier toutes ces recettes – ou l’inverse : qu’elle créerait autant de recettes à partager avec nous !

3e happy billet d’anniversaire, après la présentation de notre happy samedi et le portrait de Mathieu Munier de la BHV, son binôme dans notre grand projet… tâdâaa ! Voici Clea, blogueuse et auteure de livres de cuisine, que vous pourrez rencontrer en vrai le 10 octobre.

Mais qui est Clea ? Diplômée de Sciences-Po Grenoble, elle est titulaire d’un DESS en sciences sociales appliquées à l’alimentation (tiens tiens…). Elle se pose alors des questions sur la sociologie du mangeur : qui mange quoi et pourquoi, sur les addictions alimentaires – je lirais bien son mémoire, moi – et travaille auprès d’enfants souffrant d’obésité. Clea crée son blog le 12 mars 2005, à Oita, sur l’île de Kyushu, au Japon, où elle se trouve pour des raisons professionnelles. C’est d’ailleurs au Japon qu’elle devient « Clea », puisque son prénom officiel, Claire, est un peu difficile à prononcer pour des personnes dont le japonais est la langue maternelle. Si aujourd’hui les blogs de cuisine sont extrêmement nombreux, ce n’était pas du tout le cas en 2005, encore moins en France, et Clea est une des pionnières du genre.

bandeau cleacuisine

bandeau du blog de Clea ©cleacuisine

L’idée ? Partager avec la communauté francophone les produits et tours de main qu’elle découvre dans l’archipel. De retour en France, après une période de doute sur l’avenir de son blog, Clea décide de recentrer le contenu de ses billets sur sa pratique quotidienne : le travail des produits bio et de saison, la recherche de parcours d’approvisionnement autres que le supermarché, bref, le volet gourmand d’un mode de vie qui se veut respectueux du monde qui nous entoure.

Recevoir en bio La Plage

Recevoir en bio ©La Plage / photographies de Myriam Gauthier-Moreau

Que cuisine Clea ? Du bio ! Des produits de saison. Beaucoup de plats végétariens, mais pas que – elle est flexitarienne. De nombreux produits peu ou mal connus du grand public – elle aime le défi et la création on vous dit. Clea ne cuisine pas avec un, mais des sucres, pas une, mais des farines (vous connaissiez la farine de lupin, vous ?), et cela fait la variété des saveurs que l’on retrouve dans sa web cuisine comme dans ses ouvrages. À la table de Clea, l’organisation des repas autour de la viande ou de la trilogie « entrée / plat / dessert » est bousculée, au profit d’un ensemble de « petits plats » dans lesquels chacun est libre de piocher. Créativité et variété d’une cuisine principalement bio et végé, voilà qui remet en question pas mal de clichés dont Caroline nous a déjà parlé !

En plus elle sait prendre de superbes photos, contrairement à nous.

Clea a également partagé des recettes sur un site à la thématique très précise : Qui veut du fromage ? qui, vous l’aurez compris, recense uniquement des recettes comprenant du fromage, et a participé à la création d’une plateforme francophone pour blogueurs culinaires, Nos blogs de cuisine.

« Internet est une source de connaissance et d’échange. Partager une recette c’est accepter l’idée d’avoir des avis, les bons comme les mauvais. Le blog culinaire est un livre de cuisine interactif. »*

Au rayon cuisine des bibliothèques et des librairies, on tombe sur de nombreux ouvrages de Clea, dans la même lignée bio-japonais-végé-mais-pas-seulement que son blog. Vous pouvez télécharger certaines des recettes des ouvrages de Clea directement depuis le site, ou venir piocher des idées et feuilleter ses livres dans le fonds gourmand. Elle a participé en 2006 a un recueil de recettes de blogueuses publié chez Tana : Une souris dans le potage. Gloria Herpin de lacuillerenbois fait le récit plein d’humour de cette aventure jusqu’alors inédite, qui a réuni 15 blogueuses, notamment Mercotte et Véronique Chapacou. C’est grâce à son blog (et à un pari perdu) que Clea est depuis 2007 éditée aux éditions La Plage, et sa biblio compte désormais pas moins de 22 (bientôt 23) ouvrages – dont 2 déjà réédités, et plusieurs traduits et diffusés en Europe : ouvrages de cuisine japonaise, végétarienne, bio bien sûr, ou consacrés a des ingrédients particuliers que l’on se plaît à décliner.

Agar agar ©La Plage / photographies de Myriam Gauthier-Moreau

Agar agar ©La Plage / photographies de Myriam Gauthier-Moreau

Agar-agar est le premier ouvrage de Clea, sorti en 2007 aux éditions La Plage. C’est à travers ce livre que je la découvre alors, n’imaginant pas que, devenue des années plus tard bibliothécaire gourmande et blogueuse, je la recevrais à Dijon ! Il est plein de recettes sucrées et salées pour accommoder cette algue rouge d’origine japonaise – que l’on trouve facilement dans les épiceries bio – qui est un fort gélifiant remplaçant avantageusement la gélatine, la pectine de pomme des confitures (pour un rendu final moins sucré), voire le lait ou les œufs pour les personnes végétaliennes ou intolérantes à ces produits. 2 autres ouvrages dans le domaine de la cuisine japonaise : Matcha et Cuisiner les ingrédients japonais.

Version bio, Clea nous donne des pistes pour cuisiner bio avec les plus jeunes dans P’tit chef bio, nous explique comment Recevoir en bio, manger bio au bureau avec Mes p’tites gamelles, être Solo et bio ou cuisiner le citron avec Douceurs citron bio ; version recettes santé : Croquez salé !, Mes pâtes à tartiner sucrées & salées, P’tit dej’ santé.

Version je-cuisine-mes-ingrédients-préférés-à-toutes-les-saucesVariations Potimarron, Coing & Rhubarbe – mes 2 chouchous – Quinoa (existe aussi en version empruntable), Rhubarbe (toute seule), Gingembre, Flocons d’avoine (qui est épuisé et manque au fonds gourmand !), et le petit dernier : Kale, un super aliment dans votre assiette – pour ceux qui ne connaissent pas encore, il s’agit d’une variété particulière de chou ; version végé : Veggie – je sais cuisiner végétarien – dont Caroline vous parle plus en détails dans son article Des idées pour la journée sans viande, et Veggie burger, en collaboration avec une autre blogueuse culinaire, Estérelle Payany, avec qui elle a déjà bien rigolé travaillé pour Petits pains express**.

Clea a également participé à L’atelier bio, préfacé Les douzes farines : manuel de pâtisserie aux céréales complètes de l’américaine Kim Boyce (la pâtissière, pas la chanteuse), et collabore avec d’autres blogueuses super chouettes, en particulier Linda Louis et Marie Laforêt (pas la chanteuse non plus), qui sont elles aussi 2 auteures orientées cuisine bio et végé – et photographes par-dessus le marché.

Petits pains express ©La Plage / photographies de Myriam Gauthier-Moreau

Petits pains express ©La Plage / photographies de Myriam Gauthier-Moreau

Petit dernier qui sortira le 8 octobre : Tout sans gluten, destiné aux personnes intolérantes ou allergiques. La Plage vous propose de le feuilleter dès maintenant (extraits), et bien sûr on vous invite à venir le chercher le 10 octobre auprès de Maud de la librairie Grangier, notre partenaire pour la vente-dédicace, et de Clea en personne. En attendant, vous pouvez suivre les aventures de Clea sur son blog cleacuisine.fr, sur Facebook, où elle est suivie par 27 631 gourmand-e-s (quand même !) et sur Twitter.

* interview de Clea publiée sur le site alim’agri en novembre 2010

** ouvrage à côté duquel je suis passée jusqu’à aujourd’hui car, pour l’anecdote, en lisant les noms des 2 auteures sur la couverture, on peut penser qu’il s’agit de 2 personnes qui portent le même nom de famille, et notre Clea n’est pas reconnue comme auteure de cet ouvrage dans la base de données qui nous sert pour nos repérages… Au secours Maud, on a besoin d’un achat en urgence !

Marie

Commentaires sur les réseaux sociaux

Laissez un commentaire sur facebook

Commentaires sur les réseaux sociaux

7 Responses

  1. Strow 14 septembre 2015 / 13 h 21 min

    Merci pour cet article sur Clea, une blogueuse cuisine que j’adore et dont je m’inspire beaucoup pour mes recettes !
    Et merci pour vos articles entre patrimoine et aujourd’hui, c’est toujours aussi enrichissant !

    • Happy Apicius Happy Apicius 16 septembre 2015 / 10 h 53 min

      Merci à vous pour ce message et pour votre fidélité, à très bientôt sur Happy Apicius ou qui, sait, à Dijon.
      N’hésitez pas à partager vos recettes inspirées de celles de Clea, ça nous intéresse ! 😉
      Marie

  2. Mireille Poulain-Giorgi 16 septembre 2015 / 5 h 31 min

    Farine de lupin! Extraordinaire!
    Me voilà renvoyée dans l’enfance. Mon enfance dans une famille d’origine italienne.
    Le lupin était très souvent sur les tables au moment de l’apéritif. Nous les grignotions comme d’autres grignotent des cacahuètes ou des bretzels.
    Il y a une façon de les manger, ces lupins. C’est une sorte de haricot dont il faut enlever la peau. On peut le faire bien sûr avec les doigts, mais les pros le font avec les dents. Ça donne des mouvements de lèvres et de joues proches de ceux du hamster ou du lapin. Les néophytes regardent tout cela d’un œil très critique et s’ils goûtent…. eh bien, leur œil est encore plus dubitatif!
    La farine de maïs également est souvent sur les tables italiennes. Sous forme de polenta. Autrefois, les néophytes restaient sur leurs gardes. Aujourd’hui, c’est très tendance, très bobo.

    Je m’éloigne de votre article. J’y reviens. On y apprend tellement. La farine de lupin… Je vais aller à sa recherche.

    • Happy Apicius Happy Apicius 16 septembre 2015 / 10 h 58 min

      Bonjour Mireille,
      Pour ma part je ne savais pas du tout que l’on mangeait le lupin, sous une forme ou une autre, avant de découvrir cet article de Clea. Le lupin me rappelle aussi mon enfance, d’ailleurs, mais d’une tout autre manière, puisque c’est l’une des fleurs qui ornait le jardin potager de mes grands-parents et que j’adorais – on en faisait des énormes bouquets…
      À tester aussi dans l’assiette maintenant !
      Marie

  3. ines 16 septembre 2015 / 7 h 16 min

    Clea à l’anniversaire du blog, quelle belle surprise ! Les blogs gourmands sont toujours délicieux à lire !

    • Happy Apicius Happy Apicius 16 septembre 2015 / 11 h 03 min

      Merci Ines ! Nous sommes très heureuses de recevoir Clea nous aussi !
      À bientôt,
      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*Nom :


(Vos commentaires seront modérés)